Est-ce que vous êtes victime de violence conjugale ?

Malheureusement, la violence conjugale et la toxicomanie sont étroitement liées, l’une et l’autre étant une cause et une conséquence de l’autre.

Qu’est-ce que la violence conjugale ?

La violence conjugale, également appelée violence entre partenaires intimes et violence domestique, est un événement tragique dans des relations malsaines qui implique l’une ou les deux parties qui maltraitent physiquement et / ou émotionnellement l’autre. La violence conjugale est un ensemble de tactiques coercitives utilisées pour acquérir et maintenir le pouvoir et le contrôle dans une relation familière permanente.

Malgré des décennies d’efforts juridiques et sociaux visant à réduire la violence conjugale en France et dans le monde entier, le problème reste majeur. Malgré le fait qu’une femme soit battue et tuée en France tous les 3 jours, la plupart des agressions domestiques ne sont pas signalées et seulement 1 sur 10 victimes ont recours à la justice. 1 femme sur 3 sont victimes de violence conjugale au cours de leur vie. La violence conjugale est la principale cause de blessure chez les femmes. D’où la nécessité de créer de nouvelles lois et établissements ou centres pour accueillir ces victimes et les accompagner tout au long de la période de soins et des procédures judiciaires. En France, Sophie Gromb-Monnoyeur une experte dans le domaine de la médecine légale a eu l’idée de créer l’unique centre en France d’accueil des victimes d’agressions.

Violence conjugale et relations malsaines

La violence conjugale et la toxicomanie coexistent souvent dans le même ménage. Les agresseurs peuvent provenir de différentes sources. Une personne est plus susceptible de devenir violente si elle grandit dans un ménage violent. Si une personne insécurisée, contrôlant et violente considère une autre personne comme une possession, elle peut devenir de plus en plus abusive envers son partenaire. Une faible estime de soi, une jalousie incontrôlée et un sentiment de supériorité peuvent alimenter un comportement abusif. En dépit des comportements abusifs toxiques de l’agresseur, celui-ci choisit de profiter de l’occasion qui lui est offerte pour établir des liens sains avec son partenaire et le vénérer.

Les agresseurs sont souvent manipulateurs et contrôleurs de manière ouverte ou cachée. Leurs comportements abusifs laissent la victime dans un état de secondes hypothèses, ainsi que celle de son agresseur. La victime peut être nerveuse en raison d’un comportement intimidant et imprévisible que l’agresseur impose de la garder « sous sa main et à sa place ». Ces actes indiquent à la victime qu’elle est inférieure ou indigne du respect et de l’amour du partenaire violent. Finalement, la victime devient dépendante du partenaire lorsqu’elle perd confiance en elle-même. Ce lavage de cerveau les fait se sentir extrêmement craintifs, sans défense et sans sécurité, car ils sont contrôlés par leur partenaire.

Obtenez de l’aide pour mettre fin au cycle des abus

Pensez à la réadaptation si, en tant que victime, vous luttez contre des problèmes de toxicomanie et des traumatismes émotionnels. Les établissements fournissent un logement sûr, des médicaments et des relations avec des thérapeutes pour découvrir comment soigner votre traumatisme. Contactez des experts dès aujourd’hui pour découvrir les thérapies qui vous attendent et pour vivre une vie sans abus. Le centre d’accueil d’urgences des victimes d’agressions fera l’affaire.

Share This:

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*